LE REVEIL DES AFRICAINS POUR LEUR EMANCIPATION

LE REVEIL DE L'AFRIQUE DIGNE

 

 CNJC                                                                                                                                     Une communauté de volontaires pour le changement  en 2015                                                 Cadre d’organisation de la lutte pour le rétablissement de la démocratie en Cote d’Ivoire

[Tapez le titre du document]

EXPOSE LIMINAIRE

Pour fermer la parenthèse…

Tant que nous n’aurons pas fait comprendre à ceux qui se sont placés à notre tête que nous sommes mécontents et dégoûtés ;
Tant que nous n’aurons pas choisi nous-mêmes,  un leader envers qui nous remplirons nos engagements ;
Nous serons incapables de sortir du bourbier de la dégradation et de nous élever vers la liberté, la
prospérité et l’estime humaine.                                                                                                                            

Le CNJC vous salue.

AGIR POUR LE CHANGEMENT EN 2015

 

Messieurs les journalistes,                                                             Mesdames et Messieurs,                                                                    Chers amis Jeunes

Vous me permettrez d’abord, de vous souhaiter la bienvenue, et vous exprimer  notre profonde gratitude pour l’honneur que vous nous faites de répondre présent à notre invitation.

Au nom du Présidium et de l’ensemble du Conseil de Présidence du CNJC, et en mon nom personnel, Je vous exprime   nos très  vifs remerciements.

Mesdames et Messieurs,

Dans leurs cauchemars les plus odieux, les ivoiriens n’ont jamais imaginé se trouver dans une situation semblable à celle qu’ils vivent aujourd’hui.

 

Aujourd’hui en effet,

  • Nous assistons à des emprisonnements massifs, au bâillonnement de l’opposition, au dénie de la démocratie et au mépris de la constitution. Le chef de l’Etat ne cumule t-il pas, en violation de l’article 54 de notre constitution, les fonctions de président de la République et Président du RDR.
  • Des milliers d’enfants de la Côte d’Ivoire  sont contraints à l’exile et un ancien président de notre pays, le président Laurent Gbagbo est aujourd’hui livré en spectacle à la CPI.
  • Des bandes armées occupent notre territoire et sévissent impunément, exproprient les nationaux de leurs biens au profit de certaines communautés étrangères auxquelles on donne la nationalité ivoirienne pour en faire des propriétaires terriens.
  • L’économie est entièrement aux mains des entreprises étrangères qui rapatrient les fonds au point que l’argent a du mal à circuler dans le pays. Des prix humiliants sont pratiqués à l’achat bord champ des matières premières et réduisent les planteurs à la mendicité.
  • Une politique dite de rattrapage est mise en œuvre pour ne donner des emplois qu’aux militants ou selon des critères tribaux et régionalistes. Aucune politique cohérente de l’emploi des jeunes n’est élaborée et mise en œuvre.
  • Sous nos yeux le faux est érigé en norme, l’incompétence est promu, la misère des populations est devenu un fait banal et normal. Les fondamentaux de notre pays sont sabotés.

Quand la formation de base est sabotée, ce sont les fondations de la nation qui sont  sabotées. C’est pourquoi notre pays avait toujours pris le soin de confier l’éducation et la formation de base à des cadres de valeurs. Aujourd’hui c’est à un véritable sabotage qu’on assiste.

  • Au sommet de l’Etat, c’est une totale improvisation dans la gouvernance, et la question des nouveaux districts et de leurs gouverneurs en est une parfaite illustration.
  • La télévision nationale est devenue un instrument de promotion du tribalisme et au service d’une communication mensongère.
  • Les libertés collectives et individuelles sont, quand à elles, vidées de tout sens tant elles sont confisquées

 

Mesdames et Messieurs,

Au regard de ce qui précède, nous convenons avec le chef de l’Etat Monsieur OUATTARA Alassane quand il dit qu’il ne peut pas atteindre ses objectifs, avouant ainsi son échec.  Mais quand on a échoué, on ne demande pas un second mandat, quand on a échoué on cède la place.

Si, comme le disait récemment le président Henri Konan BEDIE,  on ne change pas une équipe qui gagne, celle qui avoue son incapacité à aller au terme d’un match ne peut être reconduite pour le match suivant.

Le président Ouattara et son équipe ne peuvent pas et ne doivent pas avoir un second mandant. Leur présence à la tête de notre pays  n’était qu’une parenthèse que la jeunesse de Cote d’Ivoire dans sa grande majorité doit fermer en 2015.

Mesdames et Messieurs,

En 2015 on change!  D’abord par nécessité, mais aussi par décence.

Le Conseil National de la Jeunesse pour le Changement  (CNJC) est donc l’instrument au service de ce changement.                                             

Le Conseil National de la Jeunesse pour le Changement (CNJC) est une plate forme politique.  Aux antipodes des extrémismes partisans, le CNJC est ouvert à tous les jeunes et à toutes les organisations de jeunesse de cote d’Ivoire, pour peu qu’ils partagent la commune ambition de parvenir, par la voix des urnes,  au changement politique en 2015.

Il est précisément destiné à tous les  jeunes Ivoiriens qui,  dans leur vision du


changement en Cote d’Ivoire,  sont opposés à un second mandat pour  le Président


OUATTARA en 2015 et qui veulent s’y engager.

 

Le CNJC est de ce fait une force de rassemblement. Il ne fait pas de distinction


d’appartenance politique, ethnique ou religieuse. Il ne regarde pas la condition sociale


ou intellectuelle du jeune ni sa situation géographique (citadin ou rural). Les messages


et les actions du CNJC sont destinés à tous les jeunes et organisations de jeunesse,


mieux, à tous les électeurs.

 

Messieurs les journalistes,                                                             Mesdames et Messieurs,                                                                          Chers amis Jeunes

Il est question ici, de mettre à la disposition de l’aspiration de l’écrasante  majorité du peuple de Côte d’Ivoire (le changement), un outil d’anticipation, de prospection et de mobilisation. Le CNJC veut susciter la vision de l’intérêt général en créant un climat de confiance entre les jeunes qui s’inscrivent dans cette ambition vitale pour notre pays. Le changement en 2015 sera la conséquence des décisions pertinentes à prendre, des choix judicieux à faire et des actions appropriées à poser dès maintenant.

 

2015 c’est maintenant, le changement c’est maintenant !

Je vous remercie.

 

Serge Emile ALEBA

                                                                                        Président du CNJC

 

 

 

 

 

 

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire
 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site